athenadentalnews

athenadentalnews

Dents de sagesse : les problèmes et l'opération

Le fait qu'elles soient les dernières molaires à apparaître signifie, logiquement, que d'autres ont déjà poussé et ont trouvé leur place. C'est le noeud du problème : la dent de sagesse est bloquée par une autre molaire et ne peut pas sortir. Quand la dent est prise entièrement dans la gencive, on parle de dent incluse. Quand on en voit une partie, elle est dite semi-incluse. Il est possible aussi que la dent ait assez d'espace mais qu'elle soit positionnée dans un angle qui rend son éruption impossible (elle est trop inclinée).       Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : l'instru KAVOcompatible et la tubine dentaire NSK. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

COXO® Turbine à LED Bouton Poussoir Tête Torque avec Raccord KAVO compatible CX207-GK-TP

 

 

 

Ces situations peuvent provoquer de sérieux soucis.  Bac à ultrasons 22L

 

  • La douleur. Un symptôme classique, mais pas systématique : cela dépend de la nature du souci.

 

  • L'inflammation. Aiguë ou chronique, elle affecte le tissu de la gencive autour et au-dessus de la dent de sagesse. C'est la péricoronarite, un processus infectieux qui risque de se propager au reste de la bouche.

 

  • La mastication. La mauvaise position des molaires gêne la fermeture des mâchoires et empêche de mâcher correctement.

 

  • La deuxième molaire, celle qui se trouve à côté de la dent de sagesse qui a poussé bizarrement (très inclinée), peut être fortement endommagée.

 

  • Les caries. Les dents semi-incluses sont difficiles d'accès et compliquées à nettoyer convenablement. Les bactéries et les débris alimentaires trouvent un terrain d'action favorable.

 

  • Les kystes. Les dents incluses augmentent le risque.

 

L'extraction préventive ne se justifie pas si la dent de sagesse ne pose pas de problème. Attention : l'absence de symptômes ne signifie pas que tout va bien. Après un contrôle radiographique, le dentiste peut en effet considérer que des soucis menacent.

 

La question consiste à déterminer si l'extraction doit avoir lieu rapidement, et on élimine alors le risque d'évolution défavorable, ou s'il convient d'attendre tout en surveillant la situation. En cas de problème manifeste (douleurs, gencive fragilisée, manque d'espace évident...), c'est la première option qui sera choisie. L'extraction à l'adolescence (12 - 18 ans) présente une série d'avantages : les racines sont peu ou pas formées, l'acte est plus simple, la cicatrisation plus rapide, et les complications sont rares.

 

Un élément important lors de la décision concerne la proximité entre la dent de sagesse et un nerf extrêmement important (le nerf alvéolaire inférieur), qui chemine dans la mandibule. La prudence est de mise : si l'extraction expose à un danger de dommages au nerf, elle ne sera pratiquée qu'en cas de plaintes récurrentes.  

 

 

 

 

 

 

Que faire contre les dents jaunes ?

 

 

 

 



09/07/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres